Les points innovants pour les praticiens

Publié le 2 avril 2019 Mis à jour le 9 avril 2019

Le développement de procès-fictifs basés sur une situation imaginée dans un futur proche (2030) impliquant des développements technologiques que l’on peut raisonnablement prévoir à cet horizon de temps (voiture autonome, robot-compagnon etc) permet de tester le droit actuel dans ce nouveau contexte. L’émergence d’un débat pointu sur les nouvelles technologies, est porteur de réflexions d’avant-garde.

Professionnels : avocats et magistrats

L’engagement des professionnels du droit au sein de l’Université renforce la professionnalisation des étudiants durant leur cursus universitaire.
  • Transmission du savoir-faire de leur métier avec pédagogie et motivation
  • Renforcement d’une expertise en matière de nouvelles technologies et de droit du numérique
  • Transmettre le sens, la profondeur du droit, échanger sur les difficultés du métier, les contraintes
  • Intérêt pour l’encadrement des étudiants

Enseignants / Enseignants-chercheurs

Les enseignants trouvent matière à relativiser leur logique juridique habituelle
  • Cohérence entre la formation et les besoins de la pratique (domaine et compétence)
  • Transmission des clés de compréhension
  • Proximité avec les étudiants : transmettre, superviser, dialoguer, échanger lors de la pratique du droit.
  • Renforcement d’une expertise en matière de nouvelles technologies et de droit du numérique
  • Renforcement des liens avec les entreprises et réseaux d’entreprises spécialisés dans les nouvelles technologies